Le CCE de la dernière chance ?

Publié le par unsa ibm

 

Aujourd’hui avec le gel du PSE, 689 personnes sont dans l’attente et ont le plus grand mal à se motiver  pour travailler. Si on y rajoute les quelques 300 personnes qui ont été refusées dans le plan et les 165  "dominos" qui attendent les postes des P2 qui doivent partir, on dépasse largement les 1 000 personnes complètement démotivées et il ne va pas falloir s’attendre à ce que les résultats du 4eme trimestre soient bons avec toute cette démotivation due au blocage actuel du plan.


Cette situation, si elle perdure, a toutes les chances de nous amener de futurs PSE avec de nouveau risques de licenciements ….

 

Le 20 novembre se déroule un Comité Central d’Entreprise avec une mise à jour du livre I permettant d’acter dans ce document l’engagement de non licenciement et de non mutation contrainte de la part de la Compagnie déjà pris dans l'avenant à l'accord de méthode.

A partir de cette modification il n'existera vraiement plus aucun risque, même « epsilonesque », de non volontariat et ceci servira la ligne de défense de la Compagnie au tribunal.

 

Pour l'UNSA, soit les lignes bougent dans les jours qui viennent et il faudra alors que la direction prenne très rapidement ses responsabilités, redynamise et remotive très rapidement le personnel qui reste, soit elles ne bougent pas et il nous faudra nous préparer à une année 2014 beaucoup plus compliquée et stressante que 2013 (s’il n’est pas déjà trop tard …)

 

Quoiqu’il en soit, l’UNSA continuera à défendre, avec toute sa force de conviction, tout le personnel, partant ou restant. 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article