Comité Central d’Entreprise Exceptionnel du 8 octobre 2013

Publié le par unsaibm.over-blog.com

Premier bilan du volontariat à la fin de la première phase volontaire (toutes entités hors SO Delivery (service d’infogérance) et GBS (services).


Lors du CCE exceptionnel du 8 octobre les chiffres suivants nous ont été donné


Nombre de salariés qui ont d’ores et déjà adhéré au plan de départ volontaire :

 

MFDC

MDV

TOTAL

adhésions

653

201

854

Dont P1

463

143

606

Dont P2

190

58

248

 

Lors de la réunion du CCE Bruno Despres DRH IBM France a affirmé que « on peut considérer qu’il y ait de grandes chances que le PSE se passe uniquement par une solution de départs volontaires ».

Il exprime un « optimisme pour la phase 1 du PSE » et un « optimisme qui reste prudent pour la phase 2 du PSE  (So Delivery et GBS) »

La direction affirme qu’elle « reçoit une vingtaine de nouvelles adhésions aux départs tous les jours »


Compte tenu des adhésions surnuméraires pour les entités hors SO delivery et GBS  il existe un potentiel de 139 % pour réaliser le volontariat chez GBS, encore faut-il que le jeu de remplacement puisse jouer compte tenu des compétences et situations géographiques de tout un chacun.


Un deuxième bilan sera fait après la deuxième phase volontaire pour les entités SO Delivery et GBS (arrêt du volontariat le 17 octobre).

 

Calendrier d’annonce des départs

A la question posée par les élus UNSA concernant le calendrier d’annonce individuelle des dossiers retenus et des dates de départ, la direction nous indique que « nous avons un contentieux. Même si la situation de la compagnie est solide, il est difficile d’organiser les départs sans y voir clair sur le contentieux.  Nous ne nous voyons pas organiser des départs avec des conditions fiscales et sociales incertaines. Aujourd’hui, nous ne sommes pas en mesure de dire aux salariés à quelle date ils vont partir. »

 

Abandon des mutations contraintes

La direction nous informe que «concernant les centres de compétence, ceux-ci restent toujours d’actualité. Sur les 129 collaborateurs sollicités, une majorité des salariés ne se sont pas positionnés. ….  La compagnie a eu un certain nombre de refus. Le projet sous sa forme actuelle allait aboutir à un nombre significatif de refus alors que ce n’était pas le but recherché.  Le constat a été  que ceci allait à l’encontre de l’objectif recherché. La solution c’est imposée, en accord avec la ligne de mangement des entités concernées, de maintenir la logique de création de centre mais en renonçant aux mobilités contraintes. »

L’annonce faite par la direction en CCE est maintenant tout à fait officielle. L’abandon des mutations contraintes signifie la fin du risque de licenciement pour les 129 salariés qui étaient concernés.


Motion votée par les élus du CCE

« les élus du CCE prennent acte de l’abandon des mobilités contraintes. Ils constatent, qu'à ce jour, plus de 850 salariés ont adhéré aux propositions de MDFC et MDV du PSE. Ils exigent que la direction s’engage sur le fait que le  PSE se réalise avec zéro licenciement. Ils demandent, par ailleurs, aux organisations syndicales de prendre leurs responsabilités et de prendre tout action nécessaire permettant le départ sur base de volontariat des salariés. »

15 votants : 14 pour (UNSA, CFE-CGC, CFDT, CFTC) 1 contre (CGT)


Déclaration UNSA lors du CCE

L’UNSA se félicite de l’abandon par la compagnie des mutations contraintes dans le cadre des centres d’excellences.

Pour l’UNSA c’est bien à la résistance des salariés qui ont refusé en masse ces mutations, conseillés en cela par les organisations syndicales, que l’on doit cette victoire et cette bonne nouvelle pour tout le personnel IBM

L’UNSA continue d’être optimiste sur le fait qu’il n’y aura pas de licenciements après la phase volontaire.

Il faut pour cela que le jeu de domino fonctionne à plein et que les personnes volontaires au départ en surnuméraire dans leurs entités puissent être remplacées par du personnel GBS avec la formation adéquate.

LUNSA va concentrer ses forces sur ce sujet dans le comité de concertation et dans la commission de suivi du PSE.

Avec l’arrêt de projet de mutations contraintes auquel l’UNSA a largement contribué (et qui représente une très bonne nouvelle pour le personnel) nous nous acheminons vers un plan réalisé à 100% sur la base du volontariat et avec zéro licenciement.

Pour l’UNSA il faut aujourd’hui que les certitudes arrivent vite (concernant les départs volontaires et les jeux de remplacement), car le stress est fort  et le personnel est fatigué des incertitudes du plan qui durent depuis plus de 6 mois.

L’UNSA considère qu’à la date d’aujourd’hui, l’actualité ne doit plus être aux procédures judiciaires qui risquent de retarder voire annuler les départs volontaires.

Pour l'UNSA il faut aujourd'hui concentrer son énergie au bon accompagnement des départs et à la défense des intérêts du personnel qui restera et qui subira de plein fouet les contrecoups de la réduction des effectifs.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Cathy du site licenciement pour faute grave 21/08/2014 01:44

Tout ceci ma rappelle bien des souvenirs dans une vie antérieure.
Bon courage à tous

unsa ibm 09/10/2013 17:23

Aujourd'hui concernant la procédure en cours, il faut prendre en compte 2 aspects :
L'aspect politique, où alors que nous avons la quasi certitude que le PSE se réalisera à 100% avec du volontariat, le maintien de cette procédure risque de ne géner que les candidats au départ.
L'aspect juridique. Toutes les organisations syndicales, par exemple, ont critiqué le découpage de la compagnie en catégories professionnelles, jugé trop détaillé. Un juge peut sur ce point
considérer que ce découpage ne correspond pas à la loi, et le fait que le PSE se fasse avec ou sans licenciement, n'est en droit, pas un argument recevable.
D'autres aspects techniques du plan peuvent être soulevés devant un juge, le résultat d'un jugement n'est jamais certain pour aucune des 2 parties adverses.

mich 09/10/2013 13:29

Pouvez-vous éclairer ma lanterne SVP : Après les dernières avancées concédées par la Direction, que reste-t-il concrètement dans la plainte de la CGT qui pourrait être opposé à IBM ?

ROY 09/10/2013 12:01

Alors ? C'est foutu ou c'est encore envisageable ce PSE ? Jour après jour la mise en place semble de plus en plus sujette à caution.
J'avais commencé à préparer ma valise : je continue ou je range tout dans l'armoire ?

unsaibm.over-blog.com 09/10/2013 16:10



Aujourd'hui compte tenu de la procédure judiciaire en cours, la Compagnie indique être "prudente". Lors d'un call manageur d'aujourd'hui, la DRH aurait indiqué "il nous faut être prudent, tant
que nous n'aurons pas de certitude, il n'y aura aucun départs".


Ceci ressemble fort à une situation bloquée ce qui est dautant plus dommageable que nous nous acheminons vers un plan réalisé à 100% sur la base du volontariat.


L'UNSA n'a pas l'habitude de critiquer et commenter les décisions des autres organisations syndicales. L'UNSA ne commentera pas plus avant cet état de fait et laisse tout un chacun à ses
responsabilités.



LECOEUR 08/10/2013 17:31

Merci aux organisations syndicales pour ce long trajet d'accompagnement qui aboutit à un projet acceptable par les 2 partis, les chiffres sont là; ceci étant il reste encore un obstacle de taille
car il pourrait aller jusqu'à l'abandon du PSE qui est souhaité pourtant par des salariés volontaires et par la direction de IBM. C'est ce qu'on appelle un marché gagnant/gagnant et il est toujours
plus aisé de négocier avec quelqu'un en bonne santé que l'inverse. Comment faire entendre raison au dernier syndicat qui bloque actuellement ce processus et fait peser du stress avec l'incertitude
des départs qui est engendrée ?