CSP Valeur Ajoutée : Propositions UNSA

Publié le par unsa ibm

CSP Partage de la Valeur Ajoutée du 19 septembre 2019

Les demandes et propositions de négociation UNSA

 

CSP Valeur Ajoutée : Propositions UNSA

L’UNSA a déjà présenté ses revendications lors des CSP des 20 juin et 11 juillet, qu’elle a décomposé en thèmes de négociation.

  1. « La rémunération et son évolution, (Salaires et Accessoires) »

L’UNSA espérait une plus grande générosité de la part de la Compagnie.

Pour information, l’UNSA incite la Direction à lire l’article suivant :

https://www.bfmtv.com/economie/embargo-lundi-matin-le-pouvoir-d-achat-des-salaries-va-continuer-a-augmenter-1758418.html

 

1.1 RAG

L’UNSA avait demandé de mettre en œuvre la régularisation mensuelle de la RAG, considérant que le traitement actuel de la RAG est inéquitable par rapport aux salariés qui sont au-dessus de cette RAG.

L’UNSA prend bonne note de la proposition de la Direction de procéder à une avance mensuelle de régularisation qui, si elle permet d’améliorer la trésorerie du personnel sous la RAG, reste néanmoins inéquitable pour cette population qui continuera de se faire rogner la GDP ainsi que d’autres primes entrant dans le calcul de la RAG.

L’UNSA revendique que cette avance soit calculée de manière automatique de telle façon que, chaque mois, le cumul des salaires et le cumul des avances soit égal au prorata de la RAG au mois considéré.

L’UNSA revendique que cette avance concerne aussi les commerciaux en se basant sur leur RTR hors commission.

L’UNSA revendique que tous les salariés en dessous de la RAG voient leur salaire augmenter au 31/12 afin que leur salaire soit aligné à la RAG, idem pour les commerciaux afin que leur RTR soit égal à la RAG.

 

1.2 Salaire « 12 mois »

L’UNSA continue de revendiquer la possibilité de passer d’un salaire annuel de 12 mois + PFA à un salaire annuel sur 12 mois et d’avoir un plan significatif de rattrapage Salarial concernant l’égalité professionnelle.

 

L’UNSA a senti une « oreille attentive » de la part de la Direction sur ces 2 points et est en attente de décisions et précisions de sa part.

 

1.3 Drom-Com : Prise en compte de la vie chère.

Les écarts de prix entre la métropole et les Drom Com vont de +7% à Mayotte jusqu’à +33% en Nouvelle Calédonie

IBM attribue ainsi une prime de vie chère aux salariés de métropole détachés dans les Drom Com. L’UNSA réclame que les salaires des salariés autochtones incluent cette prime de vie chère et qu’en conséquence leur RTR ne puisse être inférieure à la RTR qu’ils auraient en France augmentée de la différence de coût de la vie locale (à coefficient et qualification égale).

  1. Le régime de participation des salariés aux résultats de l’entreprise (Participation et Intéressement)

L’UNSA déplore que la direction ne soit pas prête à faire évoluer l’accord de participation et à négocier un accord d’intéressement alors que ces dispositifs existent chez nos concurrents et que nous constatons, dans les entreprises, une progression des sommes versées au titre de ces dispositifs.

 

  1. La rémunération différée (CAPI AG2R)

L’UNSA attend les réponses de la direction a ses revendications :

  • Que l’ensemble des salariés (y compris les non cadres) puissent bénéficier de l’accord collectif « CAPI », ce qui donnera la possibilité à tous les salariés d’effectuer des versements volontaires, comme prévu à l’article 3 de l’accord, afin d'épargner pour la retraite.
  • De réévaluer les taux de cotisations patronales et, à minima, revenir aux taux de 2012.
  • D’encourager les versements volontaires (VIF) avec un abondement de la compagnie à définir.

L’UNSA a pris bonne note de l’attente des décrets d’application de la loi Pacte, qui devraient clarifier ces points.

L’UNSA sera attentive à cette parution de décrets et ne manquera pas, quand ceux-ci seront publiés de revenir vers la direction afin de remettre la négociation sur la CAPI AG2R à l’agenda.

 

  1. Le système d’épargne salariale IBM et son abondement (PEE)

Concernant les versements volontaires dans le PEE, l’UNSA propose le tableau d’abondement suivant :

 

versement  volontaire  par tranche

cumul

min

max

%

max

abondement

0

200

100%

200

200

201

500

80%

240

440

501

1000

50%

250

690

1001

2000

30%

300

990

Avec l’abandon de la période de 2 mois où l’abondement est actuellement limité aux versements volontaires ne pouvant excéder 1 000 €.

  1. L’actionnariat salarié (en individuel ou collectif)

A minima l’UNSA attend la position de la direction concernant la possibilité, issue de la loi Pacte d’avoir un fonds d’action « maison » dans le PEE et un abondement compagnie indépendant des versements volontaires des salariés.

 

L'UNSA ne manquera pas de vous tenir informé du résultat de la réunion de négociation du 19 septembre.

Pour l'instant l'UNSA considère qu'il n'y a que quelques avancées mineures.

L'UNSA attend un signal fort et des mesures significatives de la part de la Compagnie permettant de dynamiser l’enthousiasme de nos collègues à faire prospérer la Compagnie et leurs salaires, dans le cadre d'une qualité de vie au travail bien comprise et comprenant le réel partage de la valeur ajoutée .

On peut toujours rêver non ?

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article