AG du 13 mai, CCE du 17 mai (GA) et article de presse.

Publié le par unsa ibm

Assemblée Générale du 13 mai : Intervention du Délégué Syndical Central UNSA.

L’UNSA rappelle qu’elle est, comme l’ensemble de l’intersyndicale, contre tout licenciement et rappelle que PSE est l’acronyme de « plan de sauvegarde de l’emploi », Pour l’UNSA un seul mot d’ordre : zéro licenciements.

Rappel des derniers PSE chez IBM
2013 – PSE MIXTE (qui a fini en volontaire) :          -671
2014 – PDV (objectif -438)                                :        -422
2015 – PDV (objectif -345 )                               :        -251
2016 – PSE GTS/IS  (Objectif -360)

Ainsi entre 2010 et 2015 l’effectif a fondu de près de 3 000 personnes passant de 10 300 salariés actifs à 7 500

Pour l’UNSA les suppressions de postes chez IBM vont continuer 

L’ Evolution prévisionnelle des effectifs fin 2015 /fin 2018 selon la GPEC présentée le 5 avril 2016,  montre une baisse des effectifs dans toutes les entités sauf dans l’entité GBS où il est prévu une augmentation de 150 postes :
GBS : + 150 / 1254           GTS : -651 / 2263             Autres : -518 / 3219        Total : -1019 / 6736

L’UNSA est pessimiste sur la capacité à éviter de nombreux licenciements contraints, si la DIRECCTE (*) homologue le plan. Alors qu’en 2015 la Compagnie n’a trouvé que 251 volontaires pour un plan concernant  tous les métiers et toutes les BU, comment serait il possible en 2016 de trouver 360 volontaires uniquement sur GTS / IS et sur 3 métiers.
(*)Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi

Quelques chiffres significatifs IBM France pour 2015 et ( 2014 )

bilan Résultat de l’exercice 2015 :                            91,5 M€ ( 13 )
Crédit Impôt Recherche :                                           18,8 M€ ( 17,7 )
Crédit Impôt Compétitivité Emploi                          2,3 M€ ( 2,7 )
Coût PDV 2015 ( 251 départs  )                                 35,3 M€

Ainsi la compagnie a touché plus de 20 millions d’euro de crédit d’impôt au regard d’un plan qui a couté 35 millions d’euros. En quelque sorte le plan est financé pour plus de la moitié par nos impôts.

Quelques nouvelles sur les PSE Concernant GTS / IS

Le livre 1 n’a quasiment pas évolué en 5 réunions de négociation (dont la moitié concernait le calendrier)
Il y a des points de blocage forts : L’intersyndicale conteste la définition des  catégories professionnelles, le périmètre, le traitement particulier des certifiés. La direction nous a avertis que ces points étaient « non négociables ».
Les améliorations confirmées par la direction sont à la marge et aujourd’hui nous sommes à la fin des négociations.
La direction va rédiger un projet d’accord majoritaire en regardant les dernières revendications des organisations syndicales, notamment sur les montants des formations qui, pour l’instant, ne respectent pas l’accord GPEC.
La direction reviendra soit avec une date de nouvelle négociation soit avec un texte final.
Compte tenu des blocages sur les catégories professionnelles, il n’y aura pas d’accord majoritaire signé et  nous nous acheminons vers une présentation d’un plan unilatéral devant la DIRECCTE . Dans ce cas la direction sera libre de prendre ou non les avancées déjà acceptées dans les négociations.

Le nouveau calendrier présenté par la direction donne un dépôt pour homologation à la DIRECCTE à partir du  1er aout. Dans ce calendrier le déclanchement du volontariat démarrerait fin aout.

L’intersyndicale a d’ores et déjà rencontré la Direccte pour l’informer des points qui lui posent problème, à savoir :

  • la validité juridique du périmètre limité à GTS-IS,
  • L’exclusion des certifiés dans une catégorie professionnelle
  • Les moyens mis (que les OS considèrent comme n’étant pas à la hauteur d'une multinationale qui fait du profit)

Nous sommes pessimistes sur la capacité à éviter de nombreux licenciements contraints (200 ? 250 ?), si la direccte homologue le plan en l’état.
Il existe toujours une possibilité de contester la décision de la direccte au tribunal administratif, mais pas sur les raisons économiques du plan.

 

Le projet d’externalisation de Global Administration vers Manpower.

L’UNSA a été scandalisée de la manière brutale dont ce projet a été présenté au personnel concerné :

Annonce par Conférence téléphonique de 26 minutes le 20 avril et depuis un grand « silence radio » de la part de la direction.
Au CE Paris Banlieue impacté par plus de 80 départs, L’UNSA a tapé du poing sur la table pour que la direction organise une réunion d’information et d’échange en présentiel sur Paris et par conférence téléphonique pour les secrétaires de régions. La direction a enfin programmé une réunion le 13 mai.
En Italie et en Espagne les « Global Administration » ont été licenciées.
Il nous faut peser, avec les autres organisations syndicales , sur les négociations pour obtenir le maximum de garantie sur l’emploi et sur les conditions de transfert.
Nous avons des exemples de ce qui a déjà été obtenu dans d’autres projets d’externalisation .
HCM vers Sopra : intégration de la prime d’ancienneté dans le salaire, mise en place de la prime de vacance Syntec dès l’arrivée, pas de prime de départ mais un CE chez sopra
Toshiba tec : versement d’une prime de 3 mois pour compenser l’absence de CE.
L’UNSA se battra pour avoir les meilleures conditions de transfert, et réclamons une prime fixe de 15 000 € pour compenser la perte de CE.

Autre point pour GTS /IS  : l’UNSA vous recommande, si vous considérerez que votre catégorie professionnelle n’est pas la bonne dans le courrier que vous avez reçu de la direction de la contester par écrit auprès de votre management.  Nous avons été informé que des architectes avaient été classés « IT Spécialistes » uniquement car ils avaient un niveau de poste IBM (PRG) inférieur à 7.

CCE du 18 mai : Déclaration UNSA concernant Global Administration.

L'Unsa après l’analyse des documents reçus à ce jour constate que les conditions d’emploi de Galobal Administraiton seront moindre ;

En Bref « c’est Travailler plus pour Gagner moins » ;

Les différences portent sur des points importants comme  la mutuelle, la prévoyance, les congés pour garde d’ enfants malade,  la non existence d’ un CE à ce stade, l ‘absence de CAPI pour les assimilées cadres,  pas de jour RTT pour les cadres, et la moindre cotisations retraite (1/3 moins).

L'Unsa demande a la direction de s’ engager, si le transfert se fait, à ce que les condition d'emploi de GA soient identiques en globalité, ou  compensées financièrement lors du transfert pour certaines conditions qui disparaitraient.

Au sujet de la charge, la prévision à 3 ans de la GPEC présentée en avril, prévoit un effectif de 91 postes en fin 2018 , l‘UNSA demande que cet effectif soit respecté dans le contrat de charge, y compris pour les 13 personnes de Cross Border, et que l ‘année suivante 2019, ne tienne compte que de l ‘attrition naturelle.

On en parle dans la presse

Article du monde informatique :

http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-l-ombre-de-licenciements-secs-plane-sur-ibm-france-64854.html
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article