Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences (GPEC) : de mal en pis !

Publié le par unsa ibm

GPEC : chiffres donnés par la direction en décembre 2015

Ce n’est plus de la GPEC (Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences), mais de la DPEC (Destruction Programmée des Emplois et des Compétences) : les chiffres d’évolution des effectifs IBM France d’ici fin 2017 présentés par la direction au CCE de décembre 2015 sont alarmants.

En synthèse :

  • Il y avait 6771 actifs en France à fin novembre 2015 (7023 à fin 2014). En visant 5698 actifs fin 2017, la direction veut donc supprimer 1073 postes (minimum, puisqu’il y aura quelques embauches durant cette période) entre fin 2015 et fin 2017.
  • Au 1er trimestre 2015, la direction annonçait de fortes suppressions chez SWG (-31%), les fonctions supports (-25%) et MOP (-34%).
  • C’est maintenant au tour de GTS de payer le prix fort (-35%) de la politique de réduction d’effectifs d’IBM en France, avec transfert des emplois dans les IDC, en ne conservant en France que les métiers « Clients facing », ou les personnes dont l’expertise technique et la présence sur un site Client sont indispensables au bon fonctionnement d’un contrat.
  • GTS – IS vise désormais de réduire les effectifs de 36% en France, en supprimant 119 postes d’IT Specialist et 109 postes de Project Management de plus que dans les prévisions du 1er trimestre 2015.
  • Seul GBS a une prévision de croissance de création d’emplois de +23%.

Il est clair que la direction n’atteindra pas ces chiffres avec les outils définis dans l’accord GPEC. Il faut donc s’attendre à ce qu’elle lance un nouveau plan de départs en 2016 (et en 2017), sur lequel nous n’avons aucune information, mais dont on peut craindre qu’il ne s’appuie pas que sur des départs volontaires.

L’UNSA IBM n’acceptera pas de départs contraints, sera extrêmement vigilante sur la charge de travail de ceux qui continuent à être en activité et négociera pour que les conditions proposées de départs soient dans le respect des salariés et supérieures aux plans précédents afin de maximiser le volontariat.

L'UNSA IBM vous tiendra informés au fur et à mesure qu'elle aura plus d’informations sur les projets de la direction. Pour plus de détails sur les chiffres GPEC, n’hésitez pas à contacter vos représentants UNSA.

L’UNSA IBM, compte tenu de ces chiffres, ne signera pas le projet d’accord sur la « Qualité de Vie au Travail » proposé par la direction qui n’est qu’un catalogue de bonnes intentions sans budget pour les atteindre.

La vraie qualité de vie au travail serait qu’il n’y ait plus d’angoisse
sur son avenir professionnel et sa charge de travail !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article