Quand IBM ré-invente le jeu de chaises musicales

Publié le par unsa ibm

La réorganisation mondiale annoncée par Ginny Romety commence à se déployer en France et le CCE commence à être informé sur cette réorganisation Business Unit par Business Unit.

Le premier projet de mise en œuvre de cette nouvelle organisation, au sein de l’entité marketing, prend une tournure proprement inacceptable avec la méthode dite « des chaises musicales »

L’UNSA signataire de l’accord Stress chez IBM a écrit,  le 27 janvier, à la Direction pour lui signifier son opposition à ces pratiques scandaleuses et lui demander de les arrêter immédiatement, en ces termes :

« Les salariés qui font du marketing (toutes entités actuelles  confondues) ont reçu, suite à une réunion avec le responsable de l’entité, un courriel leur demandant de se connecter à l'outil interne GOM et à postuler sur des postes en France ou à l'étranger leur signifiant qu'ils n'occupaient plus leurs postes actuels.

Nous vous rappelons, à cette occasion, que c'est à l'employeur de fournir des postes et pas aux salariés à les rechercher.

Ces événements amènent l’UNSA à vous signifier ses  réactions suivantes :

- Par cette manière de procéder, vous mettez clairement les salariés de l'entité en compétition individuelle les uns contre les autres sur un nombre de postes à pourvoir qui devrait être inférieur au nombre de compétiteurs (en se référant à la  Gestion Prévisionnelle des emplois et des Compétences)  et qui peuvent être délocalisés à l'étranger. Les salariés concernés n'ont aucunes données chiffrées sur ce nombre de poste.

- de plus les résultats PBC venant d'être signifiés aux salariés, vous indiquez clairement à certains qu'ils ont un handicap réel dans leur compétition avec leurs collègues : ils ont été mal notés et ont compris qu'ils ont de grandes chances de se retrouver sur le carreau dans cette compétition.

- Par cette manière de faire vous procurez un stress insupportable à certains de vos salariés et vous contrevenez gravement à votre obligation de veiller à la bonne santé morale et physique de votre personnel.

Par ailleurs et  pour corser le tout, vous imposez un timing court :

- dépôt des candidatures jusqu'au 30 janvier
- entretiens jusqu'au 12 février

- confirmation des postes le 13 février

Certains vont devoir refaire leur CV en urgence et en complément de leur travail habituel déjà planifié.

Ceci génère un fort stress et une angoisse pour les salariés impactés. Des témoignages que nous avons recueillis auprès du personnel concerné font état d'un grand désarroi forçant les manageurs de l'entité  à effectuer des réunions chaque jour avec ces salariés. Ces témoignages nous font craindre des dégâts humains dont vous devrez en assurer la pleine et entière responsabilité.

L’UNSA dénonce cette pratique et demande à la direction d'arrêter immédiatement cette mise en œuvre de la réorganisation dans ces conditions qui génère un stress insupportable.

Nous ne pourrions, en tant que membres  signataires de l’accord STRESS, continuer à participer à des réflexions sur la prévention (primaire ?) du stress dans ces conditions. »

Les élus UNSA majoritaires au CHSCT Ouest ont, par ailleurs, devant l'aspect anxiogène de cette méthode, demandé une réunion en urgence d’un CHSCT  sur ce sujet.  Ce CHSCT se déroulera le 4 février.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article